Sélectionner une page

DES MINISTRES EN CAMPAGNES, MAIS TOUJOURS SANS SOLUTIONS.

Une visite ministérielle aux aires de vacances, une opération de communication « campagne présidentielle » ratée, aux frais des Guadeloupéens, des ministres toujours sans aucune solution face aux problèmes que rencontre notre département, un président de Région humilié devant toute la Guadeloupe et une affirmation du matraquage des automobilistes, c’est le triste bilan de cette visite.

Après avoir laissé le temps de l’analyse et de l’euphorie politique, notre réaction sera beaucoup plus évoluée et responsable que ceux précédemment entendus.

Un salon international sur les sargasses organisé par la Région Guadeloupe, avec l’argent du contribuable guadeloupéen, et cela, malgré les difficultés financières dévoilé par la CRC. Un salon émaillé d’incidents notoires dont :

  • –  L’absence des Maires de Marie-Galante (zone la plus exposée aux sargasses),
  • –  Un Président de Région refoulé de sa propre manifestation, au motif d’une confusion
  • –  Et jusqu’à ce jour, le plus important, aucune application stricte de la loi en termes de

    pollution arrivant sur les eaux internationales régit par le décret de Montego Bay des

    Nations Unies signé par la France en 1982.

    Devons-nous croire selon le gouvernement qu’en cas de marée noire, que c’est aux collectivités locales d’engager les fonds ?

    En conclusion, nous pouvons dire qu’au-delà de la visite de cette horde de représentants d’En marche, aucune réponses et solutions nouvelles ne sont sorties, ni sur le financement du ramassage des sargasses en application des lois, ni sur les problématiques de santé sur notre territoire, ni sur l’empoisonnement au chlordécone, ni sur la sécurité, ni sur l’emploi, etc… Nous pouvons surtout dénoncer par la visite du 1er ministre en Guadeloupe et celle du président de la République de façon simultané à la Réunion, qu’ils sont en campagne présidentielle pour 2022.

Contact presse : contact@rassemblement-national971.fr

Baie-Mahault, mardi 29 octobre 2019

Plus triste, le président de Région, complice de cette manipulation avec notre argent, prépare déjà la réélection d’Emanuel MACRON en 2022, au lieu de travailler pour et dans l’intérêt des Guadeloupéens.
Notons l’absence de prise de parole remarqué du sénateur Téophile qui pourtant fût missionné par le 1er ministre sur cette dite thématique ce qui à emmener ce salon « BMPA » (bwè é manjé pou ayin).

Le Rassemblement National, dès le début, a formulé des propositions claires sur ce sujet :

Demander l’application stricte de la loi qui contraint l’État et l’État seulement à engager les finances pour toute pollution arrivant dans les eaux internationales (voir décret de Montego Bay).
Nous enverrons également à l’ensemble des maires de Guadeloupe une lettre ouverte dans les prochains jours, pour intenter une action en justice contre l’État, pour « carence fautive » et non application des décrets sur la pollution dans les eaux internationales, à l’instar de la Bretagne qui avait eu gain de cause.

Nous demandons également la démission de la Présidente de la Commission environnement et cadre de vie « la spécialiste des sargasses » bien meilleure en tant que wedding planner, qui en 4 ans, tout en plombant les finances de la Région n’a su régler le problème.

RODY TOLASSY

Rody TOLASSY
Délégué départemental Guadeloupe

Délégué départemental de la Guadeloupe